samedi 4 juillet 2015

La démocratie s'arrête là où commence la raison d'État.




Inutile de faire dans la demi-mesure aux obsèques d’un homme qui toute sa vie fut entier.

Certains quotidiens soi-disant « de gauche » ont cru bon de faire rédiger leur rubrique nécrologique par ces « journalistes »  que feu François MITTERAND, alors Président de la République, avait si justement et précisément qualifiés aux obsèques d’un autre Ministre, Pierre BEREGOVOY…

Incapables d’arriver à la cheville de Charles PASQUA quand il était vif, ils impriment le venin de leurs observations avec autant de talent que de respect pour la famille et les amis du défunt; en espérant atteindre au moins l'oreille du mort, maintenant qu’il est pour l’éternité à l’horizontale.

Mais c'est en vain, car les vrais combats des hommes ne se mènent que contre les vivants.
Ceux qui n’ont de courage qu’après les pierres tombales, ne prouvent jamais que leur bassesse.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire