mercredi 16 septembre 2015

Avertissement pour ceux qui travaillent aux mêmes endroits que moi

Bonjour, et merci de me lire.
Un certain nombre d'entre vous me font l'honneur de s'abonner à mon petit blog soit ici sur Blogger, soit sur Google+, et un nombre encore plus grand m'a donné son adresse pour recevoir chaque mois (ou presque, quand j'y arrive, car j'ai un métier...) l'InfoLettre du site www.codani.info.

Dans ce nombre figurent beaucoup de collaborateurs du même établissement, ce qui n'a rien d'extraordinaire puisque souvent je raconte un peu de notre vie.
Et un certain nombre d'entre vous "rayonne" en retransmettant ces écrits soit par messagerie professionnelle en interne soit par photocopies auprès de ce qui n'ont pas accès aux "autoroutes de l'information".

Cela part certainement d'un très bon sentiment, et je vous remercie de ces attentions; mais j'en ai été alerté récemment car cela pourrait être mal interprété.

J'écris librement et je tiens à cette liberté d'expression au point de souvent me censurer moi-même avec l'aide d'un ami Avocat chez qui je suis domicilié, car nous savons que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, et encore moins à écrire.
Mais même en procédant ainsi, il y a de grands démocrates que cela peut indisposer...

Il y a surtout des règles sur la communication durant le travail et avec les moyens de travail.
La charte informatique, pièce annexe du règlement intérieur, n'est pas destinée à caler le pied bancal d'un meuble de bureau, mais à être lue et appliquée.

En retransmettant un de mes messages, en dehors du très petit nombre de messages frappés du signe "PERSONNEL" que nous sommes autorisés à utiliser, vous risquez de vous placer en infraction.
En photocopiant sur un copieur de bureau un article pour des collègues il en est de même.
Vous avez dû noter que pratiquement aucun message de ma part ne vous arrive durant les jours et heures de service ? C'est qu'au travail... Je travaille, précisément ! Ou alors c'est un jour de congé.

Merci pour ces retransmissions, mais ne vous exposez pas inutilement à des sanctions. Donnez plutôt à ceux qui souhaitent me lire dans la maison mon adresse de messagerie privée. Un message suffit.

Il n'y a aucun mal à recevoir et lire un message de ma part. C'est normal.
C'est retransmettre, "faire la chaine" ou photocopier avec du matériel de bureau qui est à éviter.
Vous avez le droit de vous abonner, ici ou sur Google+, vous pouvez même le faire de façon anonyme, mais évitez de donner prise à une critique interne qui vous ennuierait.

La liberté d'expression ne s'use que quand on ne s'en sert pas. Servez-vous en, mais en sachant que "Big Brother" ou plus malicieusement "Big Other" vous observe. Ce n'est pas réservé aux grands criminels internationaux. La mesquinerie, comme son nom l'indique peut descendre très bas...

Soyez plus grands que "Big Other", esquivez-le, contournez-le. Souriez-lui, "n'ayez pas peur".
C'est dans un épisode de "Star Wars" qu'un des officiers de l'Empire dit "La peur, c'est ce qui bâillonnera les systèmes séditieux". Ce n'est hélas pas faux, mais ça marche dans les deux sens.

Merci pour la force que vous me donnez, et qui me permet de continuer au quotidien. 
J'espère vous en rendre autant que nécessaire pour votre vie à vous, que je connais, même si je suis plus souvent dans nos rues que dans nos couloirs.

Bientôt huit heures, je vais y aller, en vous souhaitant une excellente journée.
Surtout vous qui êtes là où je suis, avec qui je construis chaque jour, dans les épreuves du quotidien.
Merci encore. A tous, tous ensemble.
Bien cordialement,
Didier CODANI

Aucun commentaire:

Publier un commentaire