vendredi 6 novembre 2015

Le bien donné et reçu n'a pas été inutile

J'ai appris ce matin la mort inattendue, à 48 ans, d'une Dame que j'estimais.
Une éducatrice.
Une Dame qui avait voué sa vie à élever vers la culture ceux qui ont le moins de chance d'y accéder.
Dans nos cités, nos HLM, dans la grisaille du futur simple.

Ma première pensée est pour ceux qui l'entouraient, famille et amis, et les "sincères condoléances" semblent presque décalées pour une personne si pleine de vie, communicante et pédagogue, dévouée aux plus humbles jusqu'au bout.

Elle se confondait pour moi à ce que j'avais écrit il y a quelques mois, au festival du livre de Nice, concernant l'action de l'association Épilogue dont elle était Directrice adjointe:
"pour trouver des financements, pour pouvoir continuer des actions, pour ne pas "lâcher" les petits.

Ceux ou celles qui ont tant besoin de la lumière des livres pour ensoleiller le quotidien de nos barres d'immeubles, faire face aux rêves détruits par les "incivilités" avec des univers merveilleux, et pouvoir préparer leur avenir avec de vraies connaissances.


Avoir une vraie chance à l'école, au collège, au lycée, quand bien des familles considèrent (surtout pour les filles) que "Ça ira, on en sait assez" quand on sait tout juste lire..."


Rien à dire de plus, si ce n'est à quel point ce deuil me frappe.

Juste pour confirmer que je viendrai demain à 16 heures, au dernier rendez-vous de sa belle et trop courte vie, pour le dernier hommage, en l'Eglise Saint Jean Cassien, au Tignet.

Marie Ange MULA. 48 ans...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire